lundi 25 septembre 2017 / Mali

ibrahim boubacar keita ibkAux grands maux, les grands remèdes. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, entend redonner à l’armée malienne sa force et son autorité. Dans son discours à la nation à l’occasion du 56ème anniversaire de l’armée, le Chef suprême des armées dévoile ses engagements. Objectif, la victoire finale contre le terrorisme et pour la paix définitive au Mali.

Les engagements du chef suprême des armées pour les FAMAs
En s’inclinant « devant la mémoire des dizaines de jeunes arrachés à l’affection de leurs proches et au service de la nation tout entière », IBK a rendu un hommage solennel aux Forces armées maliennes, FAMAs, tombés sous les balles assassines des terroristes, sans cœur, sans foi ni loi. Mais le Mali doit rester uni, « rester debout », malgré l’émotion que suscite la douleur indescriptible de la perte de ses fils. En déclarant sur son site internet que « la crise malienne du nord a mis en évidence l’incapacité de notre armée à assurer sa mission : assurer la protection du territoire, de la population et des intérêts maliens », Koulouba a cerné la crise malienne dans sa complexité.
Les raisons d’espérer…
A Gao, ce mercredi 18 janvier, tristement mémorable, des Maliens ont sacrifié ce qu’ils avaient de plus cher, leurs vies, leur amour, pour la Nation. Certains dans la fleur de l’âge, ont cru, jusqu’à en payer le plus lourd tribut, à la paix. Les ennemis du peuple, les ennemis de la paix, par un tel acte odieux tentent de démobiliser la troupe. Mais l’appel pour le drapeau reste un engagement qu’aucun terroriste au monde ne pourra stopper. Ni à Gao, ni nulle part ailleurs au Mali. « Par leur engagement dans les patrouilles mixtes pour contribuer au coude-à-coude, au risque de leurs vies, à la sécurité du territoire et des populations, par leur volonté ainsi exprimée de fraterniser au service du pays, les jeunes qui ont été assassinés incarnaient la formidable capacité de résilience de notre Nation. », a signifié le président dans son message. Cette résilience, demeure et demeurera un espoir éternel dans l’existence collective des peuples de notre nation, d’est en ouest, du nord au Sud. Non, les traitres n’auront pas raison de la paix, de l’amour, de la fraternité de notre peuple.
François Hollande, cinq  jours avant l’attentat de Gao, lançait aux militaires français de la principale base opérationnelle de l'opération Barkhane : « Gao, pour moi, c’était aussi des hommes et des femmes qui subissaient les pires outrages de la part des groupes terroristes ». C’est dans ce contexte de pires outrages que le président IBK, une semaine plus tard avertissait tous les acteurs œuvrant pour la paix dans notre pays :« chaque hésitation, chaque retard fragilise les acquis et rend vulnérable l’ensemble du processus de paix. »

Les engagements de IBK pour les Fama
Nos forces armées et de défense, nuit et jour, dans les dunes de sable, combattent pour la liberté, la dignité, la solidarité. Ce n’est pas un hasard si les valeurs dont s’imprègne le régime en place sont incarnées dans l’homme qui a « placé le réarmement moral, la reconstruction des capacités opérationnelles et l’amélioration des conditions de vie des FAMAs au cœur de son action ». Selon les termes du président, par l’adoption de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire, IBK entend trouver une véritable stratégie pour une victoire finale, totale et définitive de FAMAs. Il y croit, au plus profond de lui-même. Par son geste de soutien aux blessés et militaires des FAMAs à Gao ce jeudi 19 janvier, le lendemain de l’attentat de Gao, le président de la république a renouvelé une fois de plus son soutien inconditionnel et non négociable aux Officiers Généraux, Officiers Supérieurs, Officiers, Sous-officiers, Militaires du Rang. Il l’a dit : « ma fierté était grande aujourd'hui en venant à Gao à bord de l'avion de transport CASA 295, une acquisition de l'armée malienne ».
Le Mali, à travers son président, a pris l’engagement de réformer l’armée malienne afin de la rendre opérationnelle. « Il me plait de souligner que l’acquisition récente de moyens aériens apportera un renforcement significatif de leurs capacités opérationnelles. », a souligné le président IBK dans son discours à la nation. Cette nouvelle acquisition est la preuve vivante que les choses bougent sous l’ère IBK. « L’amélioration des conditions de vie des soldats et de leurs familles demeure une de mes préoccupations constantes. C’est pourquoi des innovations substantielles ont été introduites dans le Statut Général des Militaires », nous confirme le président, qui n’a aucun doute quant à la victoire finale des FAMAs contre le terrorisme, la victoire du peuple entier. Le chef suprême des armées a assuré la victoire à ses troupes. IBK a instauré plusieurs mesures dans le cadre de la refondation de l’armée dont : l’indemnité compensatrice de logement, le changement de grille indiciaire, le cadre formel de gestion des militaires décédés au combat ou en service commandé, des veuves et orphelins de guerre, la formalisation de l’aide à la reconversion des militaires. Tous ces acquis ont pour but de réformer une armée nouvelle, pour des victoires éclatantes. L’annonce de la création d’une Fondation pour la Solidarité a été accueillie avec un grand optimisme dans les milieux militaires.

Soutiens tout azimut
Suite à l’attentat de Gao, des messages de condamnation et de soutien ont été adressés à IBK par ses pairs, toute la classe politique malienne et la société civile. Nous en publions quelques-uns.
Selon les termes du président gabonais Ali Bongo Ondimba (18 janvier), « En ciblant un camp militaire du MOC à Gao les terroristes tentent encore de faire régner le chaos au Mali. »
Le président burkinabè Roch M. C. KABORE  a quant à lui condamné « fermement l'attaque contre un camp militaire à Gao au Mali ce mercredi et exprime ma solidarité au Peuple Malien. » Macky SALL, pour sa part, a exprimé sa « profonde solidarité au Président Ibrahim Boubacar Keïta, à la population malienne et aux familles des victimes. »
Le président français François Hollande a déclaré dans un communiqué de l’Elysée que « dans ces douloureuses circonstances, le chef de l’Etat exprime toute sa solidarité au Président Keita et à l’ensemble du peuple malien. »
K. Eloi

Encadré : Ils ont dit, à propos de l’attentat de Gao
Le Bureau Politique National du RPM, condamne avec la dernière rigueur cet acte odieux et criminel perpétré par des individus barbares et sauvages contre les forces mixtes et unies pour la paix et la réconciliation au Mali et apporte tout son soutien au Gouvernement du Mali à Barkhane et à la MINUSMA pour l’aboutissement du processus issu de la signature de l’accord pour la paix, les 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako.
Les partis politiques de l’opposition républicaine et démocratique du Mali condamnent fermement l’attentat perpétré à Gao le mercredi 18 janvier 2017, acte terroriste odieux et barbare que rien ne saurait justifier. Ils s’inclinent devant la mémoire des victimes, présentent leurs condoléances les plus attristées aux familles endeuillées, aux forces armées, aux groupes signataires de l’accord d’Alger et à l’ensemble du peuple malien. Ils souhaitent un prompt rétablissement aux blessés.
Le Directoire de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise) condamne avec la dernière rigueur le criminel attentat-kamikaze qui a causé des dizaines de victimes le mercredi matin lors d’un regroupement militaire à Gao. Il présente ses condoléances les plus émues aux familles des victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne avec la dernière rigueur l’ignoble attentat terroriste perpétré le mercredi matin contre un regroupement militaire à Gao. Il présente ses condoléances les plus émues aux familles des victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Au-delà de l’hécatombe humaine qu’il a causée, cet attentat-kamikaze est symptomatique de l’insécurité persistante dans le Septentrion malien et devrait inciter à une refonte totale de la stratégie militaire et sécuritaire de notre pays, y compris la mission de Barkhane et le mandat de la Minusma.
Rassemblés par K.E

ATTAQUE DE GAO: Le Chef de l’Etat accourt au chevet de la troupe
Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta s’est rendu à Gao le jeudi 19 janvier, un jour après l’attentat. Il a rendu visite aux blessés à l'hôpital Hagadoumbou Moulaye TOURÉ et a salué les FAMAs au camp militaire de Gao. C’est à bord du nouvel avion de transport CASA 295 de l’armée de l’air que le président a dit sa grande fierté en rendant visite aux blessés. Le gouvernement malien avait décrété, la veille, un deuil national de 3 jours. L’attentat de Gao a été unanimement condamné par toute la classe politique malienne, sans exception. Les appels de solidarité sont nombreux, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali.
K. Eloi

Source: L'Enqueteur

1 aenqueteur cover