jeudi 13 décembre 2018 / Mali

Depuis déjà trois ans, l’Accord de Paix et de réconciliation, issu du processus d’Alger, sous la diligence de la communauté internationale, a été signé par l’Etat malien et les mouvements rebelles du nord.

La lenteur notoire qui a caractérisé les différentes étapes de la mise sur pied de la force du G5 Sahel, son mode opératoire ainsi que le rythme saccadé de sa poignée d’interventions sur le terrain suscitent des interrogations sur les véritables objectifs que s’assigne cette force conjointe dans les pays du Sahel.

Le processus du Désarmement-Démobilisation-Réinsertion connaîtra certainement un coup de fouet très déterminant ce mardi, avec le début du screening des tout premiers éléments des mouvements armés en vue de leur intégration à l’armée malienne.

Le groupe djihadiste Nusrat Al-Islam Wal-Mouslimin, dirigé par Iyad Ag Ghali, a revendiqué la récente attaque de Ber à Tombouctou au nord du Mal.

Dans un communiqué rendu public sur les réseaux sociaux, la coordination des mouvements de l’azawad (Cma) affirme dans le cadre des élections présidentielles du 29 juillet n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles.

Ahmed BouchtacheEn conférence de presse dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de l’accord issu du processus d’Alger, Ahmed Boutache, président du CSA, a une fois encore lancé des piques à la coordination des groupes armés, qui a récemment dénoncé le fait que ses revendications n’ont pas été prises en compte dans la rédaction du projet de révision constitutionnelle. Pour le diplomate algérien, « une constitution ne peut être un inventaire de revendications… »

Pays dogon«Bienvenue à Endé, un des plus beaux villages du pays Dogon, au Mali.» C'est par ces mots que Christophe Lemeunier et Coen Engelhard accueillent ceux qui sont venus visionner le film sur ce territoire. Parce qu'il a rencontré un artiste venu de cette Afrique profonde au Carla-Bayle, Coen Engelhard s'est dit : «Si lui il est venu ici, moi je peux aller

Harouna Sangaré

200 sacs de riz et une enveloppe symbolique. C’est le don qu’a fait Harouna Sankaré, Maire de Ouenkoro aux forces armées maliennes en mission dans le cercle de Bankass, centre du pays.

enqueteur 139