lundi 25 septembre 2017 / Mali

Coton bioLa Compagnie malienne pour le développement des textiles sous le leadership de son PDG, Modibo Koné, se dote d’une direction de l’environnement et de développement durable. A cet effet, un atelier de finalisation du plan d’action de la feuille de route de cette nouvelle dtructure, a regroupé les différents acteurs impliqués. C’était du 12 au 14 octobre dernier à l’hôtel Olympe International.
Qui parle de culture de coton parle de l’utilisation des pesticides. Pour la sauvegarde environnementale, la CMDT s’engage à gérer les substances chimiques utilisées dans les champs par les exploitants agricoles. Pour ce faire, durant trois jours, le personnel de la CMDT et ses différents partenaires (la Direction nationale de l’agriculture, la Direction Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances (DNACPN), la Protection civile, la Douane, la Direction nationale de la Santé, le Projet d’élimination et de prévention des pesticides obsolètes), étaient en conclave à Bamako pour l’élaboration de la politique de sauvegarde de l’environnement en zone CMDT.
Cet atelier a regroupé une cinquantaine de participants.  L'objectif global était de mieux intégrer les préoccupations environnementales dans la gestion de la CMDT pour la mise en œuvre des objectifs du Programme de Développement Stratégique de la Filière coton du Mali 2013-2018. Ceci permettra de soutenir l’accomplissement d'un développement durable qui garantisse la protection de l'environnement, la gestion rationnelle des biens et produits, d’assurer l’hygiène et la sécurité ce qui  l'améliorera surement les conditions de vie des cotonculteurs, du personnel de la CMDT et l’ensemble des populations de la zone cotonnière du Mali. D’où la création par la Direction Générale de la CMDT d’une direction de l’Environnement et du Développement Durable (DEDD) en août 2016, pour la gestion efficiente des questions environnementales.
Dans son intervention le PDG de la CMDT Modibo Koné dira que depuis une cinquantaine d’années, « nous produisons du coton avec des produits chimiques qui ont des effets néfastes sur l’environnement sur le milieu humain. Aujourd’hui nous, il faut aller en guerre contre ces insecticides et ces pesticides en protégeant l’homme et son environnement. C’est pourquoi nous avons créé cette direction, qui sera une direction transversale  à la CMDT pour faire en sorte que ces effets néfastes puissent être compensés avec d’autres qui ont un impact positif pour la survie de l’homme, en évitant les maladies. Aujourd’hui, nous pouvons produire du coton sans utilisation des produits chimiques. Nous sommes en train d’expérimenter la culture du coton bio avec le grand projet de coton culture irriguée, que nous sommes en train de mettre en œuvre avec l’Office du Niger, très prochainement pour environ 100.000 hectares, puisse donner place à la culture du coton bio. Qui va se vendre encore mieux, pas en termes de rentabilité mais en termes d’impact sur la santé des hommes et des femmes au niveau de l’environnement de cette culture.’’ a-t-il ajouté.
La création de cette direction traduit l’importance qu’accorde présentement la CMDT à la préservation de l’environnement et au développement durable dans le cadre d’une amélioration continue et substantielle de la production cotonnière au Mali. En s’inscrivant dans cette dynamique, la CMDT est résolue de prendre en compte les exigences environnementales préconisées par le Plan National d’Action Environnemental (PNAE) et celles de ses partenaires techniques et financiers.
La DEDD sera dirigée par un Directeur qui a rang de Directeur Central. Il sera assisté et appuyé par un assistant de direction et de deux services.
 A la fin des assises de trois jours, d’importantes recommandations ont été formulées par les participants et qui portent entre autres sur l’élaboration d’une politique sectorielle de protection de l’environnement et du Développement Durable en zone cotonnière ; la création  d’un cadre de concertation entre les acteurs impliqués pour la mise en œuvre du Plan d’action ; l’établissement des protocoles de collaboration avec les structures techniques au niveau national et les partenaires technique et financier dans la mise en œuvre du Plan d’action ; la prise des dispositions pour la mobilisation des ressources humaines, matérielles et financière pour la mise en œuvre du Plan d’Action et le partage les résultats du présent atelier avec l’ensembles des acteurs impliqués avant leur validation par la CMDT.
A noter que  la superficie de la zone CMDT est d’environ 134 518 km2 regroupant 6345 villages et hameaux, abritant une population d’environ 3 400 000 habitants. Soit 28% de la population nationale.

 
A.B.D
Source: L'Enqueteur

1 aenqueteur cover