lundi 25 septembre 2017 / Mali

Dr Boubou CisseFace au refus du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé de payer les factures des fournisseurs et opérateurs économiques de l’Etat, avoisinant une soixantaine de milliards de nos francs, s’étalant sur 20 ans, les acteurs sont montés au créneau pour dire leur désarroi et exposer aux hommes de médias les faits qui les opposent au ministre Cissé. C’était à la faveur d’une conférence, tenue le samedi 22 octobre 2016, à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM). Les conférenciers étaient Daouda Koné, président de l’association AFOEM et son secrétaire général, Mohamed Bah, en présence des opérateurs économiques membres de l’association.


L’association des fournisseurs et opérateurs économiques du Mali, créée il ya de cela 4 ans, et dont le but est de défendre les intérêts matériels et moraux de ses membres était face à la presse. Ses membres sont en colère contre le Ministère de l’Economie et des Finances dont le patron, Boubou Cissé, est, selon eux, reste intransigeant bien qu’ils sont des citoyens modèles : « vis-à-vis de la loi, nous payons nos impôts, qui servent à construire des écoles et créons des emplois », a indiqué d’entrée, Oumou N’diaye, membre de l’association.
En effet, suite à l’appui de la Banque mondiale à hauteur de 200 milliards à l’Etat malien pour l’épurement de la dette intérieure, le gouvernement malien avait affiché sa bonne volonté de payer ses créanciers de la période s’étalant de 1995 à 2012.  
Suite à l’intervention des députés, les prédécesseurs de Boubou Cissé à l’hôtel des finances du Mali, Bouaré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra, avaient commencé le décaissement.
A l’arrivée de Dr Boubou Cissé, il s’était engagé à régler la situation des créanciers.Pour preuve, expliquent les créanciers nationaux de l’Etat, il avait ordonné au Directeur National du Trésor et de la Comptabilité Publique (DNTCP) le prélèvement de 523 138 562 FCFA sur un montant global de 3 554 210369 FCFA, destinés à l’épurement de certains dossiers de fournisseurs, validés dans le cadre de la deuxième phase de l’audit de la dette intérieure sur la période 1995-2012.
Le principal conférencier, Daouda Koné, a indiqué qu’à leur grande surprise, Dr Boubou s’est opposé à la décision de justice qui autorise le paiement des arriérés et ordonné l’arrêt du décaissement. Les fournisseurs et opérateurs du Mali se demande pourquoi le ministre Cissé s’est désisté. Mais un doigt accusateur est pointé sur certains cadres du département, précédemment limogés par Mamadou Igor Diarra mais rappelés par Boubou Cissé et dont les influences sont négatives dans le règlement du dossier de la dette intérieure du Mali. Il s’agit de Ben Bouyé, Directeur Général desMarchés Publics et Robert Diarra, chef de cabinet du ministre.
Pourtant, les responsables de l’association des fournisseurs et opérateurs économiques du Mali soutiennent que tous les dossiers et factures des membres de leur association ont été validés par les auditeurs commis à cet effet par le gouvernement du Mali.
L’AFOEM dénonce les deux poids deux mesures, l’impartialité du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé dans le traitement des dossiers. Au même moment où il fait le dur avec le groupement en refusant de solder les créances des opérateurs et fournisseurs maliens, il éponge une facture de plus de 19 milliards F CFA à la société SOMILO-SA, qui doit à l’Etat malien plus de 43 milliards FCFA.
Alassane Cissé

Source: Notre Printemps

1 aenqueteur cover