lundi 20 novembre 2017 / Mali

Ben BarkaL’avènement de Mamadou Sidibé à la tête de la Banque de Développement du Mali (BDM-Sa) est interprétée dans le milieu bancaire malien comme une réhabilitation des anciens de défunte BMCD (phagocytée par la BDM après avoir fait faillite). De nombreux problèmes minent cette institution bancaire et les mauvaises langues prédisent déjà une imminente banqueroute, qui profiterait au groupe marocain, BMCE Bank, actionnaire majoritaire. L’on songerait à Moustapha Ben Barka, ancien salarié du groupe et ancien ministre malien, pour sauver les meubles. Ce qui laisse perplexe eu égard aux liens de la famille Ben Barka avec le royaume chérifien.

Depuis l’arrivée de Mamadou Sidibé à la tête de la BDM, en lieu et place d’Abdoulaye Daffé, début 2015, la banque-mère du Mali connaît des difficultés. Au nombre de ces difficultés l’on énumère le problème lié au recouvrement des prêts bancaires, les retards récurrents dans le virement mensuel des salaires qui y sont domiciliés et surtout le pacte d’actionnariat validé en avril dernier, sanctionné par le retrait de la BCEAO du capital de la Banque. Autre fait important : pour la première fois depuis sa fusion avec la BMCD, en 2001, l’institution a eu recours à un prêt interbancaire auprès de la BMS-Sa. D’aucuns craignent déjà que la banque sombre dans la banqueroute, tant l’Etat malien y est mis en minorité, par la faute du clan dit de la BMCD.
Déjà actionnaire majoritaire à hauteur de 27,38% des parts, le groupe Banque Marocaine de Commerce Extérieure (BMCE Bank), qui a acquis en avril dernier, les 15,96 % des parts de la BCEAO, contrôle déjà la BDM avec donc 43,34% des actions (même si l’on évoque ailleurs le chiffre de 32%).
Le groupe marocain, en complicité avec l’actuel DG et son Secrétaire Général, tous deux du clan BMCD, serait dans une logique de racheter la part de l’Etat du Mali (19,58%) pour prendre le contrôle total de la filiale au Conseil d’administration. Au niveau international déjà, le groupe BMCE Bank « parraine » les activités et opérations de la Banque de Développement du Mali à travers son autre acquisition les filiales Bank Of Africa (dont elle est également actionnaire majoritaire du groupe depuis 2010), présentes dans 18 pays d’Afrique et en France à travers un réseau de banques commerciales.
Mais, l’Etat malien veut mettre à profit les bonnes relations qu’il entretient avec la partie marocaine pour placer à la tête de la BDM-Sa, un ancien salarié… du groupe BMCE Bank, en la personne de Moustapha Ben Barka. L’ancien ministre des investissements et du secteur privé et actuel Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République a en effet été Directeur de la filiale Blackpearl Finance qui appartient au groupe BMCE Bank. Le départ à la retraite, en décembre prochain, de l’actuel DG de la BDM devrait accélérer les choses.
D’aucuns voient mal Moustapha Ben Barka arriver à redresser la barre et tenir tête à des Marocains dont il avait été l’employé.
Affaire à suivre.
H.K.D

Source: Actumali.com

1 aenqueteur cover