dimanche 19 novembre 2017 / Mali

Peti guimbaInitialement prévu pour le jeudi 27 octobre, le procès du comédien Youssouf Keïta, a été de nouveau renvoyé à la date du 15 décembre prochain, par le Tribunal de Grande Instance de la Commune V. Présenté comme malade, par ses avocats, l’accusé ‘’Petit Guimba’’ offrira un spectacle, le 5 novembre prochain à Ségou.

Poursuivit pour « coups et blessures volontaires » par la famille Hawil, le comédien, Youssouf Keïta dit ‘’Petit Guimba’’ devait être jugé le 27 octobre dernier par le Tribunal de Grande Instance de la Commune V. Cette  date a été fixée après sa première comparution, le 6 octobre, à l’issue de laquelle, l’accusé a été mis en liberté provisoire. Pour rappel, ses avocats avaient demandé et obtenu le renvoi du jugement pour le fond à la date du 27 octobre dernier, pour deux motifs : l’état de santé de l’accusé et la comparution des témoins. L’accusé  s’est présenté au tribunal mais n’a pas été définitivement fixé sur son sort : l’affaire a été de nouveau renvoyée à la date du 15 décembre prochain.

Selon les annonces faites par l’intéressé  lui-même sur son compte facebook, il donnera un spectacle le 5 novembre  à Ségou dans la salle’’ Miérouba’’.

L’affaire est-elle en passe d’être définitivement étouffée ? Rien n’est moins sûr. Et le Procureur représentant le ministère public avait prévenu que le renvoi de l’affaire « mettrait le parquet dans une mauvaise posture ».

Par contre son incarcération a ému des artistes maliens et une partie de ses fans qui ont, en coulisse, plaidé pour sa libération auprès des autorités judiciaires.

Les faits qui lui sont reprochés, « coups et blessures volontaires », sont punis par l’article 207 du code pénal malien qui stipule que : « Tout individu qui, volontairement, aura porté des coups et blessures ou commis toute autre violence ou voie de fait, s’il est résulté de ces sortes de violences une maladie ou incapacité de travail personnelle pendant plus de vingt jours, sera puni d’un emprisonnement de un à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 500 000 francs ».

Pour rappel, Petit Guimba est accusé d’avoir violemment percuté, dans la nuit du 9 au 10 septembre 2016, un  membre de la Famille Hawil devant le supermarché “Le Paradise”, sis à Baco-Djicoroni ACI.

A son tour, tabassé par une foule en colère, Petit Guimba, a été emprisonné au 15e arrondissement avant d’être mis sous mandat de dépôt à la Maison Centrale d’arrêt de Bamako pour « coups et blessures volontaires ».

Le même jour, le prêcheur Chouala Ba Yaya Haïdara, aussi était attendu au tribunal de la Commune V pour une affaire l’opposant à un animateur de radio. Mais selon nos informations, il ne s’est pas présenté à l’audience.

Abel Sangaré

Source: Le SURSAUT

1 aenqueteur cover