mercredi 14 novembre 2018 / Mali

Le quartier de Doumanzana en commune I du district de Bamako est sous le choc depuis l’annonce de la mort de trois bouchers. Dans la nuit du lundi au mardi dernier, trois bouchers ont été fraichement tués à coups de cailloux et de gourdins par des jeunes regroupés en comité de brigade de vigilance volontaire du quartier.

Dans le souci de nettoyer le quartier des bandits armés qui ne cessent de semer la terreur, les jeunes du quartier ont mis en place une brigade de veille. L’urgence était de répondre aux bandits qui rendaient le quartier invivable une fois la nuit tombée.

Dans ce quartier, les bandits ont tué il y a deux semaines, un chef de famille dans sa chambre pour prendre sa moto. Trois familles ont été cambriolées en série. Pire, ces bandits opèrent comme s’ils sont en territoire conquis car les agents de sécurité appelés au secours des victimes au moment des faits se retranchent dans leur commissariat sous le prétexte fallacieux du manque de carburant et du mauvais état du véhicule. Face à cette situation d’angoisse dans ce gros quartier de la commune I, les jeunes ont décidé de prendre la sécurité en main. C’est ainsi qu’un comité de brigade de vigilance a été mis en place avec l’autorisation du chef de village, des commissariats de la commune et de la mairie de la commune I du district. Une fois la nuit tombée, ces jeunes volontaires engagés et déterminés à affronter les bandits et autres voleurs, patrouillent dans le quartier.

’est cette patrouille qui a commis l’irréparable dans la nuit du lundi au mardi, en ôtant la vie à trois paisibles citoyens à la place des malfrats. Il était environ 5 heures du matin ce jour, lorsque ces jeunes patrouilleurs sont tombés sur deux bouchers sur une moto djakarta en partance pour l’abattoir. Exactement au niveau de la place publique appelée « Kolon bada », située au cœur du quartier petit Paris. Les bouchers sont pris pour cibles avant d’être tabassés à mort. La troisième victime qui n’est autre que le grand-frère des deux malheureux bouchers, venait au secours de ses deux jeunes frères gisant dans le sang et voulait témoigner qu’ils ne sont pas des voleurs, mais bien des bouchers. Peine perdue, les jeunes excités et ivres de colère ont donné des coups de gourdin à ce dernier qui tentait de se justifier à travers ses pièces d’identité.

Le bilan de cette bavure est triste. Trois frères de la même famille tués sur le champ. C’est après le forfait que les populations ont découvert que les trois bouchers du marché de Nafadji ont été tués à la place des voleurs. C’était le choc, l’émotion et le remord dans le quartier. Cette bavure des jeunes est la conséquence de l’insécurité et de l’injustice dans le pays. Les bandits volent, violent, tuent sans être inquiétés. D’où l’instauration de plus en plus dans les villes d’une justice populaire qui est loin d’être irréprochable.

Le Challenger

enqueteur