mercredi 14 novembre 2018 / Mali

Le président Trump veut abolir le droit de sol pour les personnes sans-papiers présentes sur le territoire américain.

Les élections de mi-mandat américaines dans une semaine permettront à Donald Trump de définir les grandes orientations pour le reste de sa présidence.

Les Américains voteront pour les membres des deux chambres du Congrès, ainsi que pour les gouverneurs de 36 des 50 États.

La lutte contre l'immigration clandestine était l'une des principales promesses électorales faites par M. Trump lorsqu'il s'est présenté aux élections présidentielles.

La question reste l'une de ses priorités et, dans une interview accordée à Axios, M. Trump a émis l'un des vœux les plus durs en matière d'immigration à ce jour.

Le président a promis de mettre fin au droit automatique à la citoyenneté pour les enfants nés aux États-Unis de parents non-citoyens américains.
Actuellement, tous les enfants nés aux États-Unis obtiennent la citoyenneté en vertu de la Constitution.

"Nous sommes le seul pays au monde où une personne vient et a un bébé, et le bébé devient un citoyen des États-Unis", a-t-il dit.

"C'est ridicule. Et il faut que ça s'arrête."

En fait, un certain nombre de pays, dont le Canada et le Mexique, offrent la citoyenneté de naissance.

M. Trump a déclaré qu'il pourrait promulguer le changement en signant un décret exécutif, mais il y a de sérieux doutes quant à la possibilité d'y parvenir.

La légalité d'une telle décision, sans l'autorisation explicite du Congrès, est discutable, selon Anthony Zurcher, journaliste de la BBC en Amérique du Nord.

Quelques jours à peine avant les élections de mi-mandat, cela pourrait être considéré comme une nouvelle tentative du président de rallier sa base et de se concentrer sur la question de l'immigration, qu'il considère comme un point politique gagnant, ajoute-t-il.

Mardi, des milliers de soldats américains ont été envoyés à la frontière sud en réponse au convoi de migrants qui se dirige vers le nord à travers le Mexique.

Mais le groupe - connu sous le nom de caravane des migrants - ne devrait pas arriver à la frontière avant plusieurs semaines.

Les détracteurs de M. Trump ont déclaré que cette décision était une déclaration politique avant les élections de mi-mandat.

Quoi qu'il en soit, il est clair que l'immigration est une question que le président tient à soulever avant le vote crucial.

enqueteur