jeudi 13 décembre 2018 / Mali

C'est fait ! Emmanuel Ramazany Shadari désigné candidat du parti de Joseph Kabila et de l'actuelle "majorité présidentielle" à l'élection présidentielle du 23 décembre affrontera un seul candidat de la vraie opposition congolaise, en la personne de Martin Madidi Fayulu (62 ans). C'est celui dont le nom a fait consensus et réuni autour de sa personne ce que l'opposition en RDC compte de grandes têtes.

C'était le moins attendu de toutes les figures les plus imposantes de la scène politique congolaise pour représenter l'opposition à cette étape marquante de l'alternance à la tête de l'Etat congolais qu'est la veillée d'armes pour la présidentielle du mois prochain.

C'est pourtant lui que le conclave de Genève qui a réuni depuis quelques jours les plus importants opposants congolais Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Madidi Fayulu même a choisi comme le joker devant disputer l'accession au Palais de la Nation au dauphin du président hors-mandat de la RDC.

Le choix du candidat commun s'est fait de manière démocratique, puisqu'il avait face à lui trois autres de ses pairs de l'opposition, et non des moindres qui postulaient à cette responsabilité de porte-étendard d'une opposition coalisée : Matungulu, Tshisekedi et Kamerhe.

Une véritable leçon de stratégie vient d'être administrée, voire infligée à la plupart des oppositions africaines encore minées par les égos démesurés et exacerbés de leurs leaders qui optent généralement malgré eux de jouer le jeu du régime en place, plutôt que de faire montre d'un peu d'humilité, chacun estimant que tant que les autres ne viennent pas spontanément s'agenouiller devant lui pour lui déclarer leur allégeance, il est préférable que se perpétue le règne de leur adversaire commun.

Ecce homo
Selon nos confrères congolais du site actualite.cd, Martin Madidi fayulu est un homme d'affaires, député national, et président du parti Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé).

« Il s'est présenté à la présidentielle comme candidat de la plateforme "Dynamique de l'opposition". ». Le diplômé en Economie de l'université Paris XII et détenteur d'un MBA à l'European University of America, à San Francisco, en Californie, avaitparticipé à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) au sein de laquelle il était vice-président de la Commission Économie, Industrie et PME. En 2011, il avait battu campagne pour Etienne Tshisekedi.

Après cet adoubement par ses pairs de l'opposition, il lui reste, de concert avec ses désormais partenaires à mettre le cap sur le déploiement de la machine électorale du camp de l'alternance sur lequel la majorité du peuple congolais -qui n'a pas hésité à aller jusqu'au sacrifice suprême ces deux dernières années au moins, pour obtenir la sortie fracassante de scène de Joseph Kabila- fonde beaucoup d'espoir.

Le compte à rebours a commencé, et actualite.cd rappelle à ce propos que « La CENI a déjà lancé l'opération des témoins et observateurs pour les élections du 23 décembre et la campagne électorale commencera le 22 novembre, dans 11 jours. ».

Ndam Njoya Nzoméné

enqueteur 139