lundi 24 septembre 2018 / Mali

GSKODans une interview exclusive, celui qui dirige la liste de l’Alliance ADP-MALIBA - PRVM FASOKO - RpDM, Mr Gérard Seydou Kalilou Ouattara pour la Mairie du District de Bamako, se confie à votre hebdomadaire « L’Enquêteur ». Ce jeune très discret mais efficace, homme de confiance et gendre du milliardaire malien, Aliou Boubacar Diallo, PDG de Wassoul’or, non moins fils du très brillant député Kalilou Ouattara veut créer la surprise au soir du 17 décembre prochain pour succéder au maire Adama Sangaré. GSKO est à la tête d’une alliance basée sur des convictions et des valeurs fortes. Dans cet entretien, il nous décline son ambition pour la ville de Bamako.


Bonjour M. Gérard, présentez vous à nos lecteurs.
Bonjour chers lecteurs, je suis Gérard Seydou Kalilou OUATTARA alias GSKO, administrateur de société, j’ai 32 ans, marié et père de 6 enfants.


Peut-on savoir les raisons qui ont motivé votre candidature pour la conquête de la mairie de Bamako ?
Ma candidature comme tête de liste est une grande surprise pour moi-même car j’ai été porté par mes pairs à l’unanimité. Depuis la création du parti à aujourd’hui, j’ai toujours été l’homme de l’ombre. Vous savez, le genre de personnes qui sont derrières dans les coulisses mais sans qui le spectacle ne peut avoir lieu. Donc je suis d’abord un ouvrier du Parti. J’ai été choisi, car j’ai eu l’ambition de vouloir proposer pour Bamako une liste qui répond d’abord aux aspirations profondes de changement des Bamakois et qui constitue réellement une alternative crédible pour remettre Bamako sur les rails !
Comment se porte votre parti, l’ADP-Maliba à Bamako et à travers le pays ?

Le parti se porte relativement bien à Bamako et à travers le pays. Lors des élections communales passées, nous avons fait élire plus de 200 conseillers et 8 maires. C’est un bilan plutôt satisfaisant pour une jeune formation politique qui se trouve dans l’opposition.

Votre parti a-t-il présenté des candidats dans toutes les circonscriptions électorales du pays ?
Non, le parti n’a pas présenté des candidats dans toutes les circonscriptions électorales du pays.
Au niveau régional, nous avons des candidats à Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et bien sûr Bamako.
Au niveau cercle, nous avons des candidats partout à Kayes sauf Diéma, partout à Koulikoro, partout à Sikasso, partout à Mopti sauf Tenenkou et Bandiagara, partout à Ségou sauf Macina.

Quels sont vos rapports avec la majorité présidentielle aujourd’hui ?
Nos rapports avec la majorité présidentielle ne sont pas tendres. En effet depuis notre sortie de la majorité pour rejoindre l’opposition, nous sommes les hommes à abattre ! Qu’à cela ne tienne, nous exercerons toujours les moyens dont nous disposons pour défendre l’intérêt du peuple malien.

Quelles sont les grandes lignes de votre projet politique pour le District de Bamako ?
Mon projet pour le District de Bamako comme, je l’ai dit plus haut est un projet qui a l’ambition de remettre Bamako sur les rails ! Et pour cela tout d’abord, l’assainissement est indispensable. Il s’agit d’offrir aux Bamakois un cadre de vie sain et agréable totalement débarrassé des déchets à travers l’éradication des phénomènes de nuisance et une campagne massive de sensibilisation des populations. Ensuite, il s’agit de mettre tous les moyens en œuvre pour lutter contre l’insécurité croissante de notre capitale. Aussi d’exécuter un plan d’action visant à promouvoir durablement l’autopromotion des populations urbaines avec des possibilités réelles de création d’emploi durables et de revenus aux jeunes et aux femmes. Enfin et surtout servir les Bamakois à travers une gouvernance responsable et participative basée sur les principes de transparence, de volonté d’associer, de modestie et d’exemplarité des élus.

Vous êtes en alliance avec combien de partis politiques ? Quelles sont vos forces ? Avez les moyens nécessaires pour battre campagne dans les toutes les six communes de Bamako ?

Mon parti l’ADP-MALIBA est en Alliance avec le Parti pour la Restauration des Valeurs du Mali (PRVM FASOKO) et le Rassemblement pour le Développement du Mali de Cheick Modibo Diarra (RpDM) donc une Alliance de trois partis. Je suis très fier de cette alliance car c’est une alliance basée sur des convictions et des valeurs fortes qui ne s’inscrivent pas dans la logique de partage de gâteau propre à nos partis traditionnels.
Et oui nous avons les moyens nécessaires pour battre campagne dans les six communes du District en mettant l’accent sur les forces des différents partis de l’Alliance dans chaque commune. Nous sommes complémentaires et c’est une très bonne chose !

Êtes-vous confiant quant à vos chances de succéder à Adama Sangaré ?
Oui, j’ai foi en nos valeurs et convictions auxquelles je suis resté fidèle et les Bamakois le constateront très certainement !

Une fois élu maire de Bamako, qu’allez vous faire pour améliorer la gestion foncière qui est devenue une bombe à retardement ?

Il s’agit tout d’abord de faire un état des lieux ! Il est clair que dans ce domaine beaucoup d’anomalies et d’aberrations ont été constatées. Il faudra donc appliquer avec la plus grande rigueur les textes existants en la matière pour remettre les victimes dans leur droit et j’y veillerai personnellement !

Un appel à l’endroit de la jeunesse et de vos électeurs.
Je lance un appel solennel à la jeunesse bamakoise et aux électeurs de façon générale pour qu’au-delà des considérations partisanes, qu’il mette l’homme qu’il faut à la place qu’il faut c’est-à-dire celui qui ait à cœur de les servir plutôt que de se servir pour qu’enfin nous nous engagions réellement sur la voie du développement durable de nos communes. Je vous remercie.

Entretien réalisé par A.B.D

1 aenqueteur cover