vendredi 22 septembre 2017 / Mali

Mme Kouriba officedu NigerIngénieure d’agriculture, directrice de la zone de Niono dans l’Office du Niger, Mme Kouriba Djénéba Diarra est certainement la seule femme à diriger une entreprise publique du secteur rural, fortement dominé par les hommes. Mme Kouriba, que nous avons rencontrée à Niono dans le cadre du lancement de la campagne agricole courante dans l’Office du Niger, a été à juste titre récompensée par le chef de l’Etat du mérite agricole pour son combat pour la réalisation de l’autosuffisance alimentaire et pour l’émancipation des femmes rurales. Elle appelle les autorités maliennes à faire confiance aux femmes et invite ses filles et sœurs maliennes à venir dans ce secteur porteur et créateur de richesses.
 
Qu’est-ce que cela vous fait-il de diriger un monde dominé par des hommes ?
C’est un métier que j’ai choisi. Après le baccalauréat, on m’a orientée à l’IPR de Katibougou. Et, étudier à l’IPR de Katibougou est synonyme de travailler avec les paysans. En tant que femme, c’est même une fierté pour moi d’être à la tête d’une entreprise agricole.


Qu’est-ce que cela vous fait-il d’être la seule femme et la première à diriger une zone de l’Office du Niger ?
 Depuis que j’ai été mutée à l’Office du Niger, en 1984, j’ai connu peut-être une ascension. J’ai été chef section, chef division, chef service et directrice de zone. Cela veut dire que les femmes peuvent être à la hauteur.


Le chef de l’Etat a réceptionné du gouvernement chinois un don de matériels agricoles dont des repiqueuses. L’essentiel de ces dons sera remis aux femmes de l’Office du Niger. On imagine que votre zone est concernée. Comment comptez-vous procéder à leur répartition ?
Ma zone est concernée. Les kits sont donnés à l’ensemble des groupements d’intérêts féminins (GIF) de la zone Office du Niger. La direction a fait une répartition. Chaque zone aura sa part et chacune doit choisir les GIF en conséquence.
Vous êtes directrice d’une zone connue pour être très importante dans le dispositif global de l’Office du Niger, comment se prépare la campagne agricole dans cette zone ?
La campagne agricole se prépare bien. Nous sommes en train de faire des entretiens des réseaux (hydroagricoles). On a fait des terrassements et des entretiens périodiques des ouvrages sur les réseaux. On a sensibilisé les paysans et on est en train de suivre le plan de campagne. Ça se prépare bien. Certains ont même commencé la campagne. Ils sont en repiquage présentement et en préparation des pépinières.


Qu’en est-il de la généralisation de la mécanisation agricole dans votre zone ?


La mécanisation continue. Comme vous l’avez dit, il y a des kits qui sont donnés aux paysans. On est en train de les former et les sensibiliser sur leur utilisation.
Vous avez été décorée chevalier du mérite agricole par le président de la République. Quel sentiment vous anime-t-il aujourd’hui, en tant que femme surtout ?
C’est un sentiment de fierté. Parce que j’ai été décorée il y a deux ans, comme chevalier du mérite agricole. Je dédie cette décoration à l’ensemble des paysans de l’Office du Niger et à mes parents.


Un appel à toutes les femmes, qui hésiteraient à embrasser les métiers du secteur rural ?
Je pense d’abord qu’elles ne doivent pas avoir de réticence. Dans la mesure où nous avons fait les mêmes études que les hommes. Les femmes peuvent faire les mêmes choses que les hommes. Il suffit qu’on nous donne l’opportunité de s’exprimer parce que les hommes aussi hésitent à nommer les femmes à des postes de responsabilité. Il faut que cette hésitation, on puisse la dépasser pour que les femmes puissent également s’épanouir.
Propos recueillis à Niono par Aly Enéba Guindo

Source: L'Enqueteur

1 aenqueteur cover