mercredi 24 octobre 2018 / Mali

Mohamed Albachar Tour 457007701Depuis près de deux ans, un véritable bras de fer oppose le Directeur général du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), Mohamed Albachar Touré et le Comité syndical de l’UNTM de la structure et dont le Secrétaire général s’appelle Moussa Sangaré. Selon les syndicalistes, la pomme de discorde entre les deux parties serait le fait d’avoir osé dénoncer le train de vie élevé du DG Albachar.

Les syndicalistes dénoncent les malversations financières au sein de la structure et la politique du « diviser pour mieux régner » dont est passé maître le DG, le trafic d’influence et le mauvais fonctionnement des antennes régionales du FAFPA. Très allergique à la critique, le DG Touré réplique et passe à l’offensive pour destituer Moussa Sangaré et le réduit au silence. Ce dernier résiste. Albachar a un autre plan, soupçonnent les syndicalistes, qui se souviennent que le 28 novembre 2016, M. Touré s’est interféré dans les affaires syndicales et a convoqué un semblant d’Assemblée générale à l’issue de laquelle il place un de ses pantins du nom de Madani Camara au poste de Secrétaire général du comité syndical du Fafpa.

L’objectif était bien évidemment d’alimenter le bicéphalisme pour bien manœuvrer. A en croire la tendance proche de Moussa Sangaré, Madani Camara serait le délégué du personnel et non le Secrétaire général du syndicat car il n’a jamais été élu. Pour eux, il est clair que la légitimité et la légalité sont bien de leurs côtés. Face à la résistance des syndicalistes pour tancer l’indéboulonnable DG, Albachar passe à la vitesse supérieure. Le 2 juin 2017, il mute tous les membres du bureau syndical qui ont osé lui tenir tête. Ainsi, le Secrétaire Général, Moussa Sangaré, précédemment chef service documentation et archives à la Division communication est affecté à l’antenne régionale de Kidal en qualité chef d’antenne régional adjoint, Adama Diakité, Secrétaire Général adjoint de son bureau syndical est rétrogradé et envoyé à Tombouctou. Mohamed Haidara, Secrétaire Administratif est limogé de son poste de chef service étude et évaluation et muté à Mopti comme adjoint, Lassine K. Cissé, adjoint au Secrétaire chargé des revendications, précédemment chef d’antenne régionale à Sikasso est malmené et affecté à Kayes comme adjoint, Cheick A. Kébé, Secrétaire chargé des revendications et chef d’antenne à Koutiala retourne à Bamako pour s’occuper du poste d’adjoint, Aliou Dembélé, Trésorier, est envoyé à Kayes, etc. Ces mutations au goût de règlements de compte et dont la finalité est d’éloigner de leur base ceux qui lui « pourrissent la vie », ont mis en boule les syndicalistes, qui se disent prêts à en découdre avec leur patron.

« Le DG a voulu noyer le poisson dans l'eau en diluant la dispersion des membres du Syndicat dans une vague de mutation. Mais personne n’est dupe. A analyser de près, on se rend compte facilement que seuls les membres du bureau ont été rétrogradés dans ces décisions de mutation. », s’indigne le Secrétaire général adjoint. Après cette dispersion des membres influents du bureau, le DG ne veut pas les voir à Bamako sinon, ils risquent la radiation de l’effectif du FAFPA. Certains ont même reçu des lettres d’explication et même d’avertissement. Faire un tour à Bamako pour se réunir est dorénavant synonyme d’abandon de poste. De leur côté, les concernés accusent le DG d’entretenir le bicéphalisme syndical au sein de la boîte pour sauver sa tête. Ces leaders syndicaux sont sur le qui-vive et ils n’entendent nullement se laisser abattre. Wait and see

Habi Kaba Diakité  

1 aenqueteur cover