mercredi 15 août 2018 / Mali

MigrantsLe Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a tenu son premier Conseil d’Administration à Bamako, le 24 mars dernier. Occasion pour les fondateurs et administrateurs du regroupement de faire le bilan des trois années de son existence et présenter les projets d’avenir. C'était au siège de l'institution, sous la présidence de Mohamed Chérif Haidara, en présence des délégués venus de quarante-et-un pays à travers les cinq continents. Une des informations phares qu’il en ressort est l’annonce d’une plainte prochaine contre les autorités algériennes suite aux traitements « inhumains » infligés aux migrants maliens dans ce pays.

Dans son discours le président du CSDM, Mohamed Chérif Haidara, a estimé qu'en trois ans d'existence, l'organisation a créé des conditions de saine information de l'opinion publique nationale et internationale sur la migration aussi bien à l'intérieur qu'en dehors du Mali. Pour le président du CSDM, les refoulements de l'Algérie, de la Libye, l'accord de réadmission ont été des moments importants pour le CSDM. Ces actions mises en œuvre ont permis de faire comprendre aux Maliens de la diaspora que le CSDM est l'organisation de référence dans la défense des droits des immigrés. C'est pourquoi il a invité les membres de l'organisation à poursuivre dans cette dynamique et à travailler en synergie et en convergence totale.

Quant au bilan des trois années d'existence de l’organisation qu’il préside, M. Haidara s’est dit satisfait ; au regard des actions entreprises çà et là pour la défense des droits de la diaspora partout où elle se trouve.

Comme perspectives, il est prévu l'organisation d'un forum sur l'habitat pour permettre aux Maliens de l'extérieur de s'enquérir des conditions d'attribution des parcelles ainsi que son investissement dans ce domaine, la création d'un fonds de garantie pour la diaspora entre autres.

À ces actions s'ajoute le dépôt prochain d'une plainte auprès des juridictions internationales contre l'Etat algérien pour les « traitements inhumains » infligés aux ressortissants maliens basés sur son territoire.

Sur les relations du CSDM avec le département de tutelle, Mohamed Chérif Haidara a déclaré que " le CSDM n'est pas contre la personne du ministre des Maliens de l'extérieur Dr Abdramane Sylla. Mais sa gestion mérite parfois des critiques. D’ailleurs, le CSDM le remercie suite à l'inauguration de la maison dédiée aux Maliens de l'extérieur". Le lieu pour M. Haidara de rappeler que son organisation compte utiliser la maison des Maliens de l'extérieur pour ses besoins au même titre que le Haut Conseil des Maliens de l'extérieur.

Mamadou Nimaga

1 aenqueteur cover