jeudi 13 décembre 2018 / Mali

HOUSSEYNI AMION GUINDO CANDIDAT DE LA CODEM ET DES PURS « Deux de perdu, dix de gagné ! », peut on s’exclamer à la CODEM, qui a enregistré le départ de deux de ses députés non moins vice-présidents et qui annonce l’adhésion d’au moins neuf (9) députés en exercices et d’anciens députés et cadres politiques. Une bonne nouvelle qui vient compenser cette période de doute…

Comme l’on s’y attendait, le parti de la quenouille aura bel et bien son candidat et, c’est sans surprise son président Housseyni Amion Guindo dit Poulo. C’est le principal point des résolutions issues de la 3è conférence nationale du parti. Des assises très attendues en vue de voir le positionnement du parti quelques semaines seulement après la démission spectaculaire de son président du gouvernement de Soumeylou Boubèye Maiga et des départs en cascade enregistrés par le parti avec la démission de deux de ses principaux barons, les députés Hadi Niangado et Boulkassoum Touré et une partie de leurs soutiens.

La Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) aura bel et bien son candidat à la présidentielle de juillet-août prochain. Le parti de la quenouille, dont le président vient à peine de démissionner du gouvernement suite à des départs dans ses rangs de deux de ses principaux députés, Hadi Niangado et Boulkassoum Touré, pourra toujours compter sur l’accompagnement sans faille des Partis unis pour la républiques (PURs), alliance politique dont il est membre et qui est conduite par l’ancien ministre et président du MPLUS-Ramata, Abdoulaye Ahmadou Sy.

La troisième conférence nationale du parti, tenue samedi dernier au Pavillon des sports du Stade Modibo Kéita, en présence des représentants des partis amis de l’opposition, de la majorité et du centre (TiémokoMaiga de l’URD, Choguel K. Maiga du MPR, les Partis membres des PUR, PDT, ASMA, YELEMA, PRVM-FASSOKO, UM-RDA, le Général Moussa Sinko COULIBALY, etc.), a décidé que le parti, dont le candidat a terminé 5è à la dernière présidentielle et qui occupe aujourd’hui la quatrième place des forces politiques du pays grâce à ses élus locaux et nationaux notamment, ne devrait pas ne pas se représenter. Son positionnement politique qui en fait un parti modéré et médian est un grand atout.

Sur les raisons de son départ du gouvernement, HousseyniAmionGuindo, reconnaissant être comptable de la gestion du pouvoir en place, pense que davantage d’efforts peuvent être faits pour améliorer la gouvernance. Il explique particulièrement à propos de son départ du gouvernement que celui-ci n’est nullement à lier à une quelconque brouille avec le chef de l’Etat ou le chef de gouvernement, comme il se dit dans la presse et dans les cercles politiques. Poulo estime qu’il était temps pour lui de s’occuper de son parti qui n’a pas connu que des jours heureux depuis qu’il a rejoint le gouvernement. Il a salué le chef de l’Etat, qui a fait de son mieux pour le Mali et ses Premiers ministres successifs pour la confiance qu’ils ont placé en lui et en son parti.

L’arrivée d’une dizaine de députés annoncée…

« Deux de perdu, dix de gagné ! », peut-on s’exclamer à la CODEM, qui a enregistré le départ de deux de ses députés non moins vice-présidents et qui annonce l’adhésion d’au moins neuf (9) députés en exercices et d’anciens députés et cadres politiques. Une bonne nouvelle qui vient compenser cette période de doute. Les adhérents sont des transfuges du RPM et de l’Adema, notamment. Plus que de la transhumance politique, il s’agit pour ces élus et cadres politiques de surtout soutenir unallié politique qu’on a voulu humilier ; réparer une injustice. Même si son président refuse de le reconnaître officiellement, le parti de la quenouille a bien été trahi. Dans les rangs de la majorité, elle était restée jusqu’au départ de son président, la seule force crédible et solide et ce, mieux qu’une Adema Pasj, laminée et secouée par des dissensions internes.

Dans les prochains jours, ces adhésions seront officialisées à la faveur d’une cérémonie faste et solennelle. Déjà, les délégués participant à la 3è conférence nationale ont donné mandat au directoire pour les remembrements qui s’imposent. Cette « grande masse d’adhésions à travers tout le Mali »clôt le débat sur la question du parrainage de la candidature du président du parti.

Le travail de l’ombre de l’honorable Djibril Diarra de Koro

Djibril Diarra est certes descendant du Royaume Bambara de Ségou, mais il se sait bien adopté à Koro, devenu depuis principal fief de la CODEM après Sikasso. Elu député du cercle de Koro, le transitaire travaille à implanter profondément et solidement la CODEM en Pays dogon, en proie aujourd’hui à un conflit intercommunautaire sans précédent. Plutôt que de surfer sur la vague et attiser sur la braise de la division, Djibril Diarra pense que l’aura et le leadership du président de son parti, fils et originaire de Bamba, relevant du même cercle, peuvent être des atouts pour ramener la paix dans le Séno et le Gondo. Il a ainsi réussi à faire fédérer les voix des chefs coutumiers de la contrée en faveur d’une candidature de Poulo. Leur représentant, Hamidou Dougnon, octogénaire et chef de village de Nangadourou dans la Commune rurale de Barapiréli, a fait le déplacement de Bamako pour témoigner le soutien et l’accompagnement du Pays dogon à son fils HousseyniAmionGuindo. Il a salué la démarche de l’honorable Diarra et l’effort du président de la CODEM à faire revenir la paix dans cette partie du pays.

Boniface Dembélé

enqueteur 139