mardi 19 octobre 2021 / Mali

Le Bureau politique national de l’URD a tenu le samedi 21 août 2021, au CRES de Badalabougou une réunion extraordinaire sous la houlette de Pr Salikou Sanogo, 1er vice président du parti.

L’ordre du jour portait sur les dispositions à prendre pour l’organisation de la conférence nationale ordinaire et sur les critères de désignations des candidats à la candidature pour les élections présidentielles à venir. Ladite conférence nationale d’investiture aura lieu le 23 octobre prochain. Du coup, Pr Salikou prend en contre-pied les pétitionnaires du clan Boubou, considérés comme les initiateurs de la conférence nationale extraordinaire du parti. Pour l’heure, de chaudes empoignades au sein du parti de feu Soumaila Cissé pointent à l’horizon. Pour le moment l’appel à candidature a été lancé, le Pr Salikou saura t-il maintenir la cohésion au sein de sa formation ?

URD le clan de l’ancien Premier ministre d’IBK, Dr Boubou Cissé passe à l’offensive pour le contrôle du parti ? Dans une pétition lancée la semaine dernière par voie d’huissier certains responsables du parti la poignée des mains avec à leur tête, l’entrepreneur Gouagnon Coulibaly, 14e vice président du parti, demandent au président par intérim de l’Union pour la république et la Démocratie (URD), Pr Salikou Sanogo d’organiser dans un délai de 20 jours une conférence nationale extraordinaire du parti pour le choix du candidat à la présidentielle de février 2022 et le remembrement du bureau national.
Suite à ces manœuvres dilatoires orchestrées par les sbires du nouveau jeune milliardaire, Pr Salikou Sanogo a pris le taureau par les cornes. Il a fait un communiqué en date du 16 août 2021 pour inviter les camarades militants à la retenue et au sens de responsabilité.
« Le regard de tous les maliens sont tournés vers l’URD. Notre parti est aujourd’hui perçu comme celui autour duquel pourra se construire la dynamique qui sortira notre pays de cette crise dans laquelle nous vivons depuis si longtemps. » a t-il indiqué dans son communiqué.
Par ailleurs, Pr Salikou a exhorté les initiateurs de cette pétition à y mettre fin immédiatement car cette démarche est dangereuse pour la cohésion au sein de leur formation. En bon routier politique, pour barrer la route à ses aventuriers de dernière heure, le premier responsable du parti qui a la lourde tâche de protéger l’héritage légué par feu Soumaila Cissé, a convoqué le samedi 21 août dernier au CRES de Badalabougou, une réunion extraordinaire du Bureau politique national du parti. Cette réunion qui a vu la participation des cadres du parti a été une aubaine pour les participants de prendre des décisions fortes pour l’avenir de l’URD. Parmi ces décisions figure la tenue de la conférence nationale du parti, qui aura lieu le 23 octobre prochain. Lors de cette conférence le candidat choisi par le BPN du parti pour la présidentielle de 2022 sur la base des critères fixés par toutes les tendances, sera investi solennellement pour la conquête de Koulouba à travers une conférence d’investiture.
La seconde annonce forte a été la convocation du congrès national du parti en décembre 2021 pour le choix du successeur de Soumaila Cissé à la tête du parti.
Pour l’instant, il y a six noms qui circulent pour la candidature interne au sein du parti. Ils sont entre autres, Me Demba Traoré, l’ancien PM Dr Boubou Cissé, l’ancien ministre Mamadou Igor Diarra, le concepteur du PDES d’ATT Dr Ahmed Sow, Dr Madou Diallo. Dans ce combat de titan, l’ancien premier ministre d’IBK, Dr Boubou Cissé devenu subitement milliardaire et militant bon teint du parti qui l’a combattu et vaincu, joue son va-tout.
Pressé d’être investi candidat pour la présidentielle de 2022, Dr Boubou Cissé ne lésine pas sur ses moyens pour corrompre la majeure partie des cadres dudit parti pour l’atteinte de son objectif : candidat de l’URD. Ça passe ou ça casse. Telle est la posture d’un désespéré car Boubou fonce une porte déjà ouverte. Cette pétition montre aux yeux des cadres de l’URD que Dr Boubou n’est pas serein.
Au cas où il échoue à s’emparer du parti, il pourra aller voir ailleurs avec sa fortune pour se donner un destin présidentiel.

A.B.D

diadie