22 avril 2024
Accueil » Blog » Gouvernement de rupture et lutte contre l’impunité Assimi et Choguel promettent l’enfer aux délinquants à col blanc du régime IBK

Gouvernement de rupture et lutte contre l’impunité Assimi et Choguel promettent l’enfer aux délinquants à col blanc du régime IBK

0
Assimi Goita

Assimi Goita« Cette phase de la période de Transition que nous entamons est tout sauf une sinécure. Pour relever les défis et embûches auxquels il faudra faire face, les membres du gouvernement se tiendront la main et feront bloc en renforçant la cohésion au tour du président de la Transition pour tenir bon ensemble, contre les vents et marées qui se profilent déjà à l’horizon. » Donc pour les défis à relever durant les neuf mois restants de la transition le nouveau président de la Transition Col. Assimi Goïta semble avoir un fusible de taille à condition que le nouveau Premier ministre ait les mains et pieds libres pour la gouvernance de rupture et la refondation promises aux Maliens, faute de quoi ça sera le déluge pour l’Etat et la nation malienne. Cette étape est considérée comme la dernière chance ! Ça passe ou ça casse. En tout l’ingénieur Choguel est très déterminé à sauver la patrie en danger. Il est un homme surdoué, très intelligent, patriote, qui a le soutien du peuple, un bosseur hors norme, qui connait l’histoire du Mali, les rouages politiques, connait très bien l’administration malienne, le système de gouvernance, les enjeux géopolitiques et stratégiques, la diplomatie. Donc, on peut espérer qu’il est sur un terrain connu pour réussir.    

Sale temps pour les ‘’Bouffecrates’’ du mouvement démocratique ! Lors de son tout premier Conseil de Cabinet du gouvernement, Dr Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre, Chef du gouvernement de la Transition a promis dans sa nouvelle feuille de route devant ses collègues de l’exécutif, d’ouvrir   tous les dossiers de détournement de deniers publics. C’était le dimanche 13 juin 2021 à la Primature. Cette annonce faite par le leader incontesté du mouvement M5-RFP, qui s’est toujours battu contre l’injustice et les dérives du régime d’IBK, a la manette en main et sa déclaration fait renaitre de l’espoir dans le cœur et l’esprit de ses compatriotes qui sont assoiffés de justice et de la lutte contre l’impunité sous toutes ses formes. Car dans notre pays, les cadres volent, pillent et détournent les biens publics de façon banale, comme si de rien n’était et narguent même les contribuables souvent. L’exemple de la famille présidentielle sous l’ère IBK et ses proches en est une parfaite illustration. Pendant que les villages de certaines zones sont totalement rasés par les terroristes au Nord et au Centre, certains Barons du régime font la fête à Bamako ou sur les îles espagnoles avec de l’argent détourné. Donc, les Maliens observent comme du lait sur le feu les autorités de la transition qui ont promis l’enfer aux détourneurs de l’argent public, notamment celui de la Loi d’orientation et de programmation militaire(LOPM), comme l’atteste les propos du porte-parole du président de la Transition, commandant Baba Cissé, lors de son point de presse fin mai 2021. Lors de sa sortie, le commandant Baba Cissé, Conseiller spécial du Vice-président, Assimi Goïta au moment des faits, avait révélé devant les journalistes que c’est l’ancien président de la Transition Bah N’Daw qui torpillait toutes les initiatives de Goïta, allant dans le sens de l’allègement de la souffrance des maliens. Selon lui, quand le Colonel Assimi Goïta a demandé que soient poursuivies les personnes qui ont détourné une partie de l’argent destinée à la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM ) après la diligence d’un audit, il n’a pas été entendu. 

Et lorsque le Vice-président a demandé à ce qu’une enquête soit ouverte pour poursuivre les délinquants à col blanc du régime IBK, cela ne s’est pas fait, il a été bloqué dans son initiative par Bah N’Daw.  No comment ! Donc si la volonté y est réellement, la nouvelle prison de Kiniéroba ne manquera pas de pensionnaires durant cette transition, tant les dossiers de détournement sont nombreux dans les tiroirs et les acteurs sont tous vivants. Wait and see.

C’est pourquoi dans son intervention, le Premier ministre Choguel Maïga a insisté devant ses collègues du gouvernement, d’appuyer contre vents et marrées les initiatives du président Assimi Goïta : « De nombreux citoyens sont optimistes, prient pour la réussite de la transition, font des bénédictions pour nous. 

Certains, de bonne foi sont sceptiques, d’autres franchement hostiles. C’est leur droit. Il nous appartient de dissiper leurs réserves, leurs interrogations, de conforter l’espoir et d’obtenir l’adhésion de la grande majorité des Maliens. » Donc, on espère que le PM a compris la quintessence de sa mission. Choguel doit s’armer et s’entourer de ses marabouts et féticheurs pour échapper à des missiles invisibles et nocturnes, car notre pays a ses réalités. L’ancien PM de la Transition, Cheick Modibo Diarra en sait quelque chose. Il a tenté de faire l’audit sur toutes les Institutions de la République de 1992 à 2012, il a été balayé par les missiles cachés du FDR de Iba N’Diaye et de son clan. Comparaison n’est pas raison, les Maliens ont bon espoir que le « Choguellisme » contribuera à la Refondation de l’Etat malien car les propos du porte-parole du président de la Transition viennent conforter la vision du PM Choguel dans sa lutte contre la corruption et l’impunité.

« Enfin, l’action gouvernementale portera sur la fin de l’impunité dans notre pays et la mise en pratique d’une gouvernance de rupture, qui sont aujourd’hui des conditions de survie de l’Etat.

De véritables poursuites judiciaires consécutives aux tueries et exactions contre les victimes des journées de juillet 2020, seront également engagées.

De même, ceux qui sont appelés à servir l’Etat ne peuvent se servir de l’Etat en pillant les maigres ressources de notre pays, au vu et su de tous sans conséquence. A leur encontre, le gouvernement insufflera une politique de lutte implacable contre la corruption en appuyant de façon systématique les actions judiciaires dans tous les dossiers de détournement de deniers publics. 

Des audits seront commandités dans les Institutions, les grandes administrations, les grands projets nationaux et locaux et dans les collectivités, ainsi que sur le patrimoine immobilier et minier de l’Etat. » Raison pour laquelle le nouveau PM a verrouillé l’entrée au gouvernement des anciens soutiens, alliés et proches du régime d’IBK. La descente aux enfers des délinquants en col blanc de la galaxie ‘’IBKiste’’ a-t-elle commencé. A suivre…

Aliou Badara Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *