21 mai 2024
Accueil » Blog » Nigéria : 10 ans après chibok, les enlèvements se multiplient

Nigéria : 10 ans après chibok, les enlèvements se multiplient

0
Nigéria : 10 ans après chibok, les enlèvements se multiplient

Au Nigéria, dix ans après les kidnappings de 1500 élèves dans le village de Chibok, de nouveaux enlèvements se multiplient dans l’Etat de Borno.

Jennifer Peter et des dizaines de ses camarades ont été enlevés par des hommes armés dans une école en mars 2021 : »Depuis cet incident, je ne me suis pas remise, ma famille ne s’est pas remise mentalement, ni financièrement. Nous n’avons pas récupéré, nous luttons toujours. J’ai toujours des flash-backs, même quand je dors la nuit. Parfois, je n’arrive pas à dormir la plupart du temps, je suis toujours éveillée la nuit et j’ai parfois peur. Parce qu’ils sont entrés la nuit, alors que nous dormions. Il m’est donc toujours difficile de dormir. » a-t-elle déclaré.

Les groupes armés trouvent dans ces enlèvements un moyen lucratif de financer d’autres crimes et de contrôler des villages dans la région du nord-ouest du pays, riche en minerais mais mal surveillée par les forces de l’ordre.

« Ils ont kidnappé cinq personnes. J’ai vendu ma voiture, j’ai vendu mon terrain, et même le maïs que j’avais gardé avec les haricots, je l’ai vendu pour avoir de l’argent pour les libérer. Je n’ai plus rien. J’ai l’impression que les gens nous rejettent. » a expliqué Mary Peter, mère de Jennifer.

Aidés par des armes illégales passées en contrebande à travers les frontières poreuses du Nigeria, les bandes criminelles opèrent au sein de douzaines de groupes sans structure de direction centralisée, leurs attaques étant principalement motivées par des raisons économiques : gagner de l’argent grâce aux rançons.

« Il n’y a aucun endroit au monde où la puissance militaire peut éliminer le terrorisme. Elle pourrait l’amener à un état de paix, de paix négative. Mais elle n’amènera pas la situation à un état de paix positive. Il y a une différence entre une paix négative et une paix positive. Je pense donc sincèrement que le gouvernement devrait commencer à s’intéresser à la puissance politique et à l’intégration de la société dans un meilleur état en examinant les facteurs de causalité. Car si l’on n’analyse pas les causes profondes de ce problème, on ne pourra pas y apporter de solutions. » a indiquéDickson Osagie, expert en lutte contre le terrorisme.

L’année dernière, les législateurs nigérians ont interdit le versement de rançons, mais les familles désespérées continuent de payer, car les ravisseurs sont connus pour être impitoyables, abattant parfois leurs victimes lorsque leurs proches tardent à payer la rançon.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *