19 juin 2024
Accueil » Blog » 26 ème session de l’espace d’interpellation démocratique : 334 interpellations contre 280 l’année dernière

26 ème session de l’espace d’interpellation démocratique : 334 interpellations contre 280 l’année dernière

0

Se tenant chaque année le 10 décembre, l’espace d’interpellation démocratique (EID) est une journée commémorative de la déclaration universelle des droits de l’homme. La 26 ème session de l’espace d’interpellation démocratique s’est tenue ce samedi 10 décembre au CICB, organisé par le Médiateur de la République. L’espace d’interpellation démocratique un forum annuel au cours duquel les ministres sont interpellés par les usagers de l’administration sur des questions qui relèvent de la bonne gouvernance, de la promotion et de la protection des droits libertés des citoyens.

Mme Sanogo Aminata Malle, Médiateur de la République confirme qu’au titre de la 26 ème session, le secrétariat permanent de l’E.I.D a enregistré 334 interpellations contre 280 l’année dernière. Lors des travaux de dépouillement, la commission préparatoire, conformément aux critères définis par le Règlement intérieur a classé les dossiers comme suit : – 28 dossiers pour la lecture ; – 215 dossiers pour suite à donner ; – 84 dossiers non retenus, souligne t-elle.
<< A cela, il faut noter la satisfaction de sept ( 7 ) demandes d’interpellation pendant les travaux de dépouillement. En effet, le nombre relativement croissant des interpellations de cette session, témoigne du pragmatisme sur lequel j’ai placé mon mandat, à savoir la médiation de proximité, afin de satisfaire le plus grand nombre de nos concitoyens>> déclare la Médiateur. En plus de cette vision, le Médiateur de la République veille constamment au respect de l’équité et à la consolidation de l’Etat de droit, selon elle. Il est à préciser que sur 334 interpellations reçues, 240 proviennent des délégations territoriales, dit-elle.
Le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Monsieur Mamoudou Kassogué a invité les victimes à saisir l’EID le plutôt possible en cas de violations des droits. Le fait de dénoncer tôt favorise le traitement rapide des dossiers pour son aboutissement à temps.
Un cas très frappant est celui d’une dame qui est nettoyeuse dans l’hôpital de Kayes qui ne percevait pas son salaire depuis plus d’une année. Le ministre de la justice a ordonné que ses 1.000.000 et quelques FCFA lui soient attribués au plus tard le lundi prochain 12 décembre à 12 h 00.
L’E.I.D est saisi pour les motifs suivants : – Des actes qui portent atteinx droits humains ; – des cas d’injustice tels que les régalités , les actes discriminatoires ; – les dysfonctionnements de l’Administration et le non – respect de la légalité ; – la violation du principe de bonne gouvernance, selon leur document.
Toute personne physique ou morale victime de graves violations de droits humains et libertés reconnus par la constitution peut demander à interpeller le gouvernement dans le cadre de l’E.I.D et sa saisine est directe et gratuite s’effectuant de juillet en septembre, dit le même document.

Kader  Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *