22 février 2024
Accueil » Blog » CCDP – COUR SUPRÊME Journée d’information des médias sur le fonctionnement de la juridiction suprême

CCDP – COUR SUPRÊME Journée d’information des médias sur le fonctionnement de la juridiction suprême

0
Banizan

BanizanDans le cadre de son programme d’activités 2021, le Cadre de Concertation des Directeurs de Publication (CCDP), a organisé ce mardi 16 novembre 2021, une journée d’information à l’endroit des hommes de médias sur l’organisation de la cour suprême. Présidée par le président de la Cour Suprême Wafi Ougadeye, la cérémonie a réuni une quarantaine de magnats de presse, plusieurs reporters et des spécialistes de droit. On retient après cette journée que la cour suprême est la juridiction suprême en matière judiciaire, administrative et de comptes. Elle présente deux originalités essentielles : Elle est unique pour toute la République et elle a une mission d’unification de la

jurisprudence sur tout le territoire national. La rencontre s’est déroulée dans les locaux de la dite institution.

Cette journée d’information intervient dans le cadre du programme d’activités 2021 du C. C. D. P dans lequel un certain nombre de services publics ou privés de l’État sont sollicités pour approfondir la connaissance des hommes de média sur leurs missions, leur fonctionnement et leurs défis. Cette stratégie aide énormément les journalistes à traiter les informations sur lesdites structures que ce soit au niveau de la télé, de la presse écrite, de la radio ou d’autres médias.

Aboubacar Bany Zon, le coordinateur du CCDP a savoir dans son intervention que les patrons de presse sont à l’école du Président de la Cour Suprême, des magistrats de classe exceptionnelle qui sont entourés par des experts du droit public et des relations publiques. Tous les directeurs de publication présents vont se familiariser avec le fonctionnement de la Cour Suprême du Mali dans toute sa dimension, continue t-il. Beaucoup de journalistes et animateurs de divers médias ne comprennent pas les mots ou expressions juridiques. Cela amène plusieurs professionnels de la justice et du droit à dire que les journalistes ne savent pas quoi dire sur les questions de la juridiction, dit-il.

En août dernier, la Cour Constitutionnelle a accueilli le Cadre de Concertation des Directeurs de Publication (CCDP) pour une journée d’échange. Donc, celle de la Cour Suprême permettra aux hommes de média de faire la différence entre les missions et les activités de ces deux institutions qui sont la Cour Constitutionnelle et la Cour Suprême.

La dite journée d’échange a permis d’expliquer aux médias de connaitre les missions, le fonctionnement, la composition, les domaines de compétences, les pouvoirs et la portée des décisions de la Cour Suprême.

Elle ne juge pas les parties au procès, mais les jugements et arrêts rendus en dernier ressort. Elle est appelée non pas à trancher les litiges mais à dire si la décision attaquée par le pourvoir devant elle, fait ou ne fait une exacte application de la loi.

Baba BERTHE, professeur de droit public et ancien ministre a fait une brillante exposée afin que les hommes de médias comprennent le rôle du protecteur de la loi qui est la cour suprême.

Le président de la Cour Suprême du Mali, Wafi Ougadeye martèle que la rencontre entre le monde des médias et de la communication et les membres de la cour suprême du Mali est un moment spécial et important. Elle constitue, à nos yeux, une retrouvaille entre deux familles complémentaires qui ont beaucoup de points communs, a-t-il lancé.

La première famille, les gens des médias et de la communication, ayant une bonne connaissance de l’actualité tandis que la seconde famille, les professionnels du droit, a un solide socle de connaissances dans les matières fondamentales du droit, selon lui. Sans être exhaustif, on peut souligner, qu’elles partagent des valeurs communes telles que l’indépendance, l’impartialité, l’objectivité, la recherche de la vérité et la protection des libertés. Elles sont toutes deux profondément attachées au respect du secret tant des sources que des enquêtes et de l’instruction judiciaire. L’une comme l’autre reçoit des faits pour l’atteinte de leurs missions : Informer, éduquer, sensibiliser, instruire, faire connaitre ou rendre la justice.

Ces faits sont traités pour être transformés en information ou en actes juridiques, a-t-il conclu.

Kader Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *