23 avril 2024
Accueil » Blog » Mali : l’ambassadeur d’Espagne convoqué après des propos sur une éventuelle intervention de l’Otan

Mali : l’ambassadeur d’Espagne convoqué après des propos sur une éventuelle intervention de l’Otan

0
Abdoulaye Diop MAE1

Abdoulaye Diop MAE1L’ambassadeur d’Espagne a été convoqué vendredi 1er juillet par le gouvernement malien après des propos du ministre espagnol des Affaires étrangères qui a dit « ne pas exclure »

une intervention militaire de l’Otan dans le pays, selon le chef de la diplomatie malienne.

« Nous avons convoqué aujourd’hui l’ambassadeur d’Espagne au niveau du ministère des Affaires étrangères pour élever une vive protestation par rapport à ces propos », a indiqué vendredi soir le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, lors d’un entretien à la télévision nationale.

Une intervention de l’Otan au Mali, « nous ne l’excluons pas ». « Si cela représentait une menace pour notre sécurité, nous le ferions », a déclaré jeudi 30 juin José Manuel Albares, chef de la diplomatie espagnole, en marge du sommet de l’Alliance qui se tenait à Madrid.

Des « propos inacceptables »

« Ces propos sont inacceptables, inamicaux, graves » parce qu’« ils tendent à encourager une agression contre un pays indépendant et souverain », a estimé le ministre des Affaires étrangères malien. Nous avons demandé des explications, une clarification de cette position au gouvernement espagnol. Nous espérons que cela va venir assez rapidement. (…) Le ministre doit se rappeler que la situation actuelle d’insécurité et d’expansion du terrorisme au Sahel est surtout liée à l’intervention de l’Otan en Libye dont nous payons encore les conséquences. »

La nouvelle feuille de route de l’Otan évoque pour la première fois, l’« intérêt stratégique » que revêtent pour elle le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le Sahel, ainsi que, notamment, les menaces que sont le terrorisme et l’immigration illégale. L’Espagne avait fait de la prise en compte des menaces sur le flanc sud sa grande priorité pour ce sommet. Madrid craint en particulier que l’instabilité au Sahel n’entraîne une augmentation de l’immigration clandestine.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *