23 juillet 2024
Accueil » Blog » Rentrée parlementaire du CNT : Les vérités crues et drues du Col Malick Diaw

Rentrée parlementaire du CNT : Les vérités crues et drues du Col Malick Diaw

0
Rentrée parlementaire du CNT : Les vérités crues et drues du Col Malick Diaw

La cérémonie solennelle d’ouverture de la session ordinaire d’avril 2024 marquant la rentrée parlementaire du Conseil National de Transition a eu lieu ce lundi 8 avril 2024, dans la salle Djeli Baba Sissoko du Centre International de Conférence de Bamako.

C’était en présence du Premier Ministre, des membres du Gouvernement et des Présidents d’Institutions devant qui le président du CNT a fait étalage du labeur parlementaire de la deuxième session annuelle. Il a notamment fait état d’une vingtaine de projets et propositions de loi déjà enregistrés parmi lesquels le nouveau Code pénal et de procédure pénale, les textes relatifs au financement des projets de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité au Mali ainsi que ceux en rapport avec la création de l’Institut national de statistiques et de la Direction générale des domaines et du cadastre.

Mais, par-delà la traditionnelle mission législative tradition, le Conseil National de Transition projette très prochainement de convier le Premier ministre à un exercice d’évaluation de son Programme d’actions gouvernemental, conformément aux articles 15 et 16 du règlement intérieur de l’organe législatif.

En attendant une date, le Col Diaw, dans un langage à peine voilé en a annoncé les couleurs avec un ton qui reflète parfaitement l’atmosphère tendues qui caractérise les rapports entre l’organe législatif et le gouvernement de transition. C’est du moins ce qui ressort des insinuations publiques du président du CNT, qui semble se joindre à la voix des détracteurs pour taxer de clivant le PM de la rectification. En effet, le président Diaw, évoquant les récents développements des adversités politiques, estime n’avoir pas été compris quand il disait, à l’ouverture de la session ordinaire d’Octobre 2023, que la situation du pays commande de privilégier l’essentiel, à savoir : l’unité et la pacification du Mali. Et le Colonel de rappeler que c’est au nom de cet objectif qu’il avait demandé à l’époque de taire les querelles partisanes, de mettre de côté les intérêts particuliers en évitant d’engager des combats politiques par procuration. Comme pour dénoncer et prendre le PM pour responsable des clivages politiques, il a renouvelé son appel en invitant les acteurs de la Transition à éviter les querelles de chapelles qui divisent et à se départir des egos. La seule lutte qui vaut la peine d’être menée est celle de l’union, estime-t-il, en conseillant de la mesure et moins de passion dans les discours publics. «Que les échanges soient constructifs et les confrontations d’idées respectueuses des opinions des uns et des autres », a-il expliqué, avant de marteler que le pays qui nous a été «légué par nos ancêtres appartient à nous tous ». Et d’appeler à la promotion de la paix et de l’unité nationale au détriment des discours haineux, agressifs, provocateurs, et sécessionnistes qui ne profitent, dit-il, qu’aux apatrides. Ainsi, à défaut d’une motion de censure qui se murmure, Choguel Maïga pourrait laisser beaucoup de plumes devant les parlementaires de la Transition.

Amidou Keita

LE TEMOIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *