20 mai 2024
Accueil » Blog » Niamakoro : incroyable mais vrai ! Erreur sur le cadavre

Niamakoro : incroyable mais vrai ! Erreur sur le cadavre

0
Niamakoro : incroyable mais vrai ! Erreur sur le cadavre

A la douleur de la famille endeuillée suite à la perte cruelle de leur père, s’est ajouté l’amalgame sur la dépouille. Les personnes faisant office de pompes funèbres se sont tout bêtement trompées de macchabée. Les conséquences ne se sont pas fait attendre.

Ça n’arrive pas tous les jours : un imprudent gardien de la Morgue, un personnel chargé des Toilettes mortuaires sans assistance des parents du défunt, un corbillard improvisé qui transporte le corps à une destination inconnue, l’inhumation de Pierre à la place de Paul, et au final, appel en urgence d’un Commissaire de police hors pair pour remettre de l’ordre. Mais que s’est Que s’est-il passé ?

Le Jeudi 04 Avril 2024, dans la journée, la mosquée de NIAMAKORO reçoit deux (02) corps devant être placés à la Morgue. Les décès sont fréquents en cette période de canicule et… Enfin !

La première dépouille était celle d’un vieillard dénommé «BOUA-KOROBA》dont la levée du corps était prévue le Vendredi après la grande prière collective de 14 heures. La seconde, portant les traces de graves blessures (certainement victime d’un accident de la circulation routière ou…), n’avait pu être identifiée. Ses dépositaires devraient la récupérer le même jour, vendredi à 10 heures.

Les deux dépouilles attendaient donc d’être enlevées au niveau de la Morgue de la mosquée de Niamakoro, sous la charge du gardien des lieux.

Le lendemain vendredi 05 avril 2024, comme prévu, cinq (05) personnes se présentent au Gardien pour enlever une des dépouilles en vue de son inhumation. Et le Gardien les laissa faire, pensant peut-être qu’ils procéderaient eux-mêmes à l’identification du corps. Mais ces derniers, ne s’encombrèrent pas de détail pourtant essentiel. Ils prirent un des corps et s’en allèrent. Trop facile !

Ceux du défunt BOUA-KOROBA furent eux, très regardants. Arrivés à 13 heures, ils ont constaté qu’à la place de leur BOUA-KOROBA se trouvait une dépouille ensanglantée, un parfait inconnu. Pas question pour eux de se «contenter» de cette dépouille. Ils voulaient BOUA-KOROBA, décédé des suites d’un AVC ! Pas un autre !

Le hic est que le Gardien n’avait aucune idée de l’endroit où les premiers avaient amené leur Boua-Koroba. Il ne savait rien d’eux, encore moins le cimetière où ils sont censés avoir amené le corps. L’affaire devenait alors sérieuse.

Alors le même jour, vendredi 05 Avril 2024 aux environs de 15 heures, une plainte étrange fut déposée au commissariat de Niamakoro par un représentant de la famille de BOUA-KOROBA.

Sous la direction du Commissaire Principal Boubacar DOUMBIA, Commissaire Chargé du Commissariat de Niamakoro, assisté de son Adjoint Commissaire de Police Tiedé TRAORÉ, une équipe du Commissariat de Police de Niamakoro dirigée par le Chef de la Voie Publique, le Commissaire de Police Ladji CISSÉ, s’est Immédiatement rendue sur les lieux aux fins de constatations et d’enquête. Sur place à la Morgue de ladite mosquée, un autre corps leur fut présenté. Mais où donc se trouvait Boua-Koroba ? Le Gardien n’en savait strictement rien ! Pour des raisons évidentes, il fut conduit au commissariat de Police pour y être entendu.

KARAMOKO BALO, Imam de la Mosquée, a été également invité audit Commissariat afin d’aider à élucider l’affaire. Idem le laveur mortuaire.

Selon ce dernier, le corps ensanglanté était en état de putréfaction à cause de la canicule ; et les deux dépouilles avaient presque le même âge. Et poursuit-il, après le lavage, aucun des corps ne présentait de blessures visibles et traces de sang…

Pendant que les investigations étaient en cours en vue de retrouver BOUA-KOROBA, une urgence devenait évidente. La seconde dépouille en état de putréfaction avancée, méritait d’être inhumée. Et vite ! Sur Instruction du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune VI, l’IMAM KARAMOKO BALI de la dite mosquée, assisté de ses fidèles, du Grand Griot, ont donc procédé à l’inhumation du corps ainsi abandonné, dans un cimetière du quartier. L’enquête put se poursuivre !

Le Commissaire principal du Commissariat de NIAMAKORO prit le dossier très au sérieux. Après exploitation de toutes les données pouvant l’être (images de Caméras de surveillance des environs de la mosquée, traces de pneus de véhicules dont une 4×4 Land Cruiser, témoignages…), les limiers mirent en évidence un Véhicule avec, à son bord, des individus transportant un corps enveloppé dans une natte. Et les traces du véhicule les menèrent dans un cimetière en passant par le «Pont tordu » appelé aussi «pont Serpent», près de l’intersection des 30 mètres.

De fil en aiguille, le Commissaire et ses enquêteurs parvinrent à recueillir des informations sur les récentes inhumations. Le Gardien des lieux confirma en effet des obsèques le Vendredi 05 avril 2024 vers 11 heures, jour et heure de la disparition du corps du corps de BOUA-KOROBA. Et bingo !

Sur autorisation du Procureur de la République, près le Tribunal de Grande Instance de la Commune VI, le Lundi 08 avril 2024 à 14 heures, le corps a été exhumé en la présence des parents de BOUA-KOROBA, de L’IMAM KARAMOKO BALO, du Grand Griot de Niamakoro, de la Chefferie traditionnelle et de la voirie du District de Bamako.

La dépouille a été clairement identifiée comme étant celle de BOUA-KOROBA, au grand soulagement des autorités et des parents, lesquels, après réflexion, ont décidé de garder le corps-là. Ils savent au moins où reposent Boua-Koroba et où ils doivent se rendre pour les prières et hommages : âgé de 75 ans, décédé des suites d’un AVC dans la nuit du 04 au 05 Avril 2024, Boua-Koroba repose désormais au Cimetière de Niamakoro Nord.

La procédure suit son cours et un avis de Recherche a été lancé pour retrouver le véhicule Land Cruiser 4×4 ayant transporté la dépouille. Se sont-ils trompés de bonne foi ou leur précipitation cacherait une autre affaire ? Les enquêtes nous le diront.

*Bamananden Journal Kojugu Kelebaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *