23 juillet 2024
Accueil » Blog » CAN 2024: l’entraineur algérien de la Tanzanie viré en pleine compétition suite à des propos polémiques sur le Maroc

CAN 2024: l’entraineur algérien de la Tanzanie viré en pleine compétition suite à des propos polémiques sur le Maroc

0
CAN 2024: l’entraineur algérien de la Tanzanie viré en pleine compétition suite à des propos polémiques sur le Maroc

Adel Amrouche, le sélectionneur algérien de l’équipe national de la Tanzanie a été suspendu par la CAF puis viré par la Fédération tanzanienne après des propos polémiques sur le Maroc. Après avoir accusé l’équipe marocaine de pratiques occultes avant le match entre les Lions de l’Atlas et les Taifas Stars, l’entraineur avait accusé la Confédération africaine de football (CAF) d’être influencée par la Fédération marocaine de football. Ce qui lui a valu une suspension de 8 matchs par la CAF avant d’être finalement viré par la Fédération tanzanienne d’autant que les TaifaS Stars se sont inclinés 3 buts à 0 face aux Lions de l’Atlas dans la première opposition comptant pour le groupe.

La rivalité légendaire entre les « deux frères ennemis du Maghreb », le Maroc et l’Algérie, vient de s’enrichir d’un nouvel épisode en Cote d’ivoire où se poursuivent les matchs entrant dans le cadre de la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2023). L’entraineur algérien de la Tanzanie a été viré en pleine compétition par son employeur, la Fédération Tanzanienne de Football, quelques temps après avoir été suspendu par la Commission disciplinaire de la Confédération Africaine de Football (CAN).

En cause, ses propos polémiques sur le Maroc en marge de la rencontre entre l’équipe nationale du Maroc et son homologue de la Tanzanie. Un match joué mercredi dernier et qui a tourné à l’avantage des Lions de l’Atlas qui ont pris le dessus sur les Taifas Stars par 3 buts à 0. Bien avant la confrontation entre les deux équipes, Adel Amrouche avait accusé le Maroc de pratiques occultes puis après la défaite de son équipe, il avait accusé les dirigeants de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) d’influencer la CAF ainsi que les arbitres. « La Fédération marocaine est une puissance prouvée dans le monde du ballon rond africain. D’ailleurs, lors du dernier match face au Maroc, ils nous ont imposé de jouer le soir alors qu’on voulait jouer en début d’après-midi, a notamment soutenu le technicien de 55 ans. Actuellement, c’est le Maroc qui gère le football africain. Ils choisissent aussi leurs arbitres et nous, nous demeurons de simples spectateurs », a-t-il affirmé mercredi en conférence d’après match.

Des propos qui ont irrité la Confédération qui a réuni sa commission disciplinaire pour se prononcer sur l’affaire, suite à la plainte du Maroc. Et le verdict ne s’est pas fait attendre puisque l’entraineur algérien de la Tanzanie a écopé d’une sanction de huit (08) matchs, ce qui a poussé la Fédération Tanzanienne de le viré en pleine compétition comme annoncé dans le communiqué publié vendredi par la CAF. « La Confédération Africaine de Football a annoncé huit matchs de suspension à l’encontre du sélectionneur de l’équipe nationale, Adel Amrouche. La sanction a été prononcée hier par la commission de discipline de la CAN. La Fédération marocaine s’est plaint auprès de l’entraîneur pour ses déclarations selon lesquelles le Maroc influence la CAF dans l’organisation des matches avec les arbitres. Dans une autre mesure, le Comité exécutif de la Fédération tanzanienne de football a suspendu l’entraîneur Adel Amrouche. Suite à cette décision, Hemed Morocco a été nommé entraîneur par intérim. Il sera assisté de Juma Mgunda », a indiqué la CAF dans son communiqué publié vendredi.

Adel Amrouche va devoir quitter la CAN après avoir officié juste un match qu’il a d’ailleurs perdu contre le Maroc qui est logé dans le même groupe que la Zambie, la RDC et la Tanzanie. Pour le moment, ce sont les Lions de l’Atlas qui mènent la danse dans ce groupe F où tout est encore possible notamment pour la 2e journée avec les oppositions Maroc-RDC et Zambie-Tanzanie.

De son coté, l’Algérie qui est logée dans le groupe D, est en train mauvaise posture et va devoir jouer sa qualification pour la prochaine phase lors de la dernière journée où elle va se mesurer aux Mourabitounes de la Mauritanie. Les Fennecs d’Algérie ont, en effet concédé deux matchs nuls d’abord contre les Palancas Negras d’Angola (1-1) puis ce samedi 2à janvier contre les Etalons du Burkina Faso (2-2).

Lire aussi : CAN 2023: AIRNESS fait un don aux journalistes sportifs et aux supporteurs des Aigles du Mali

Il convient de relever toutefois que pour le moment, c’est plus en dehors des stades que les algériens s’illustrent dans cette édition de la CAN en terre ivoirienne avec les propos polémiques et racistes tenus par des supporteurs. Les autorités ivoiriennes ont par exemple dû expulser l’activiste férue de propos scandaleux et à outrance qui lui ont valut le sobriquet de « vache folle », la franco-algérienne Sofia Benlemmane après ses déclarations au mauvais-goût et irréfléchis sur le pays hôte. « Il faut que les Algériens sachent comment ils vivent ici. Nous remercions Dieu d’avoir un pays comme l’Algérie. Normalement, l’Algérie devrait se situer entre le Portugal et l’Espagne. Parce qu’ici, ils vivent dans la misère. C’est peu dire qu’ils vivent à l’ère préhistorique. Si je pouvais, j’enverrais les Algériens voir comment les gens vivent en Côte d’Ivoire. », a-t-elle déclaré dans une vidéo, dimanche dernier à son arrivée à Abidjan. De quoi s’attirer les foudres des ivoiriens et selon les autorités, c’est pour sa propre sécurité qu’elle a été expulsée du pays.

actuniger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *